Accéder au contenu principal

Le secteur automobile aux États-Unis passe à la vitesse supérieure… sans danger ?

Le sauvetage de l’industrie automobile américaine, qui a coûté 80 milliards de dollars et s’est traduit par de nombreux licenciements, a traumatisé les États-Unis. Aujourd’hui, les constructeurs retrouvent leur compétitivité et profitent de la reprise de la croissance américaine (prévue à 2,9% en 2015). La filière s’est relevée et la demande est en partie engendrée par un accès au crédit facilité, mais à quel prix ? En 2015[1], le modèle Coface prévoit une hausse des ventes de 3,8%, un niveau soutenu mais nettement moins élevé qu’au cours des années passées. L’automobile doit rester tourné vers l’avenir et envisager sa mutation, afin de répondre aux nouveaux défis qui se dressent devant lui.



Après avoir chuté de 35% au moment de la crise, les ventes automobiles aux Etats-Unis ont retrouvé en 2014 leur niveau de 2007. Certes, la récente baisse du prix du cours du pétrole (-48% en 2014) y contribue. Mais cette reprise d’un secteur sinistré au moment de la crise est aussi portée par 2 atouts majeurs.

En premier lieu, la reprise de l’économie américaine a permis aux ménages de bénéficier de taux d’intérêt très bas : cette facilité d’accès au crédit augmente leur pouvoir d’achat et les aide à se rééquiper en véhicules. Cette amélioration de niveau de vie est aussi entraînée par une augmentation des salaires plus rapide que les prix. En effet, le taux de chômage ayant beaucoup baissé, les entreprises revalorisent leur main d’œuvre qualifiée. Tout ceci contribue à renforcer la confiance des ménages américains dans leur économie.

Ensuite, le contexte économique favorable permet aux entreprises du secteur de relocaliser la production dans le pays. L’investissement dans une automatisation plus grande des méthodes de production réduit la corrélation entre le salaire et l’endroit de la production. Ainsi, les plus grands constructeurs et équipementiers mondiaux, à de rares exceptions près, sont implantés aux Etats-Unis. Les pouvoirs publics ont fortement aidé le secteur, en maintenant un taux directeur bas et en lançant des politiques de soutien : « primes à la casse », soutien des deux grands constructeurs américains (injection de près de 80 milliards de dollars chez GM et Chrysler).

Mais la baisse du chômage oublie les jeunes catégories sur son passage. Les « Millennials[2] » ne sont pas totalement intégrés dans ce cercle vertueux et prolongent leurs années d’étude, afin de maximiser leur chance de trouver un emploi plus facilement. De ce fait, leurs capacités d’endettement sont déjà alourdies par les prêts étudiants : soit ils retardent leur achat de véhicule, soit ils deviennent des endettés à risque. En outre, ils semblent accorder moins d’importance à la possession d’un véhicule, privilégiant ainsi les moyens de transports alternatifs, fait étonnant au sein du pays de l’automobile-reine. Pour la catégorie des 20-29 ans, le nombre de titulaires du permis de conduire a baissé de 9% entre 1995 et 2010, signe d’une relative désaffection pour l’automobile.

D’autre part, il existe un revers de la médaille pour cette facilité d’accès au crédit à taux bas : les banques accordent plus de crédit aux catégories « subprimes », afin d’accroître la profitabilité de leurs créances. Sont alors concernés des ménages dits « à risque », et le nombre de défauts de paiement augmente significativement et continuera de croître en 2015.

Un autre signe de tension est à prévoir, la FED risquant de remonter son taux directeur cette année. Ceci ajoutera un handicap aux ménages endettés à taux variables, qui les poussent à devoir céder leur véhicule rapidement.

Les entreprises doivent adapter leur offre et définir un modèle pour cette nouvelle demande. C’est la dynamique des investissements en R&D qui sera déterminante dans une économie de l’offre qu’est l’automobile, où de nouveaux modèles participent directement à la hausse des ventes, en suscitant le désir des consommateurs.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Youngtimers : entre collection et spéculation...

Depuis quelques années, le petit monde de la voiture de collection est bousculé par l'arrivée d'une nouvelle génération de voitures : les Youngtimers. Issues des années 80 et 90, ces "jeunes anciennes" littéralement, sont de plus en plus prisées des trentenaires et quadra qui ont tous de bonnes raisons de se passionner pour ces modèles encore considérés pour beaucoup comme de simples voitures d'occasion pas chères et non de véritables voitures de collection...

6506 demandes d’achat en un mois pour la nouvelle Ford GT !

Le 13 avril dernier, Ford lançait officiellement le processus de candidature en ligne pour la première phase de commandes de la nouvelle Ford GT. Close hier soir à 23h59, cette phase initiale a été un véritable succès.
Après plus de 10 800 personnes ayant manifesté leur intérêt en ligne pour l'achat d'une nouvelle Ford GT, la marque a finalement enregistré 6 506 candidatures dûment remplies à travers le monde pour la première phase de commandes, en seulement un mois.
Au cours des six derniers jours, les choses se sont même accélérées. Au final, 32 % des candidatures ont ainsi été complétées et validées dans la semaine précédant la fin de cette première phase de commandes.
“Nous sommes impressionnés par l’enthousiasme dont les fans font preuve au sujet de la nouvelle Ford GT”, commente Dave Pericak, directeur de Ford Performance.

Des centaines de candidats déclarés ont même soumis des vidéos avec leurs propres configurations, dans l'espoir de renforcer leurs c…

L'Automobile Sportive de l'année 2015

Cette année encore, vous avez pu à travers notre élection de L'Automobile Sportive de l'année mettre à l'honneur le modèle qui vous a le plus séduit parmi la vingtaine de nouveautés présentées.

Réalisée sur notre site internet du 26 novembre au 26 décembre 2015, cette élection a permis de réunir près de 2000 votes d'internautes et de distinguer ainsi une gagnante...