Accéder au contenu principal

Sécurité routière : prévenir c'est désobéïr...

A l’armée, il y a un dicton qui dit « réfléchir c’est désobéir ». Ce postulat semble vouloir être plus largement transmis à la population. La dernière propagande en date vient d’un jugement émis contre un compte Facebook qui donnait certains emplacements de radar. C’est ce dont vient de nous informer Auto Plus...

Les sites d’actualité paraissent plus actifs que ne le sont certaines associations supposées défendre les automobilistes, leur discours officiel étant qu’elles s’inquiètent de la situation. Voilà qui nous fait une belle jambe…

Alors que l’on entend parler tous les jours de tribunaux engorgés, on peut légitimement s’étonner que des personnes y soient envoyées pour être jugées. Pourtant, dans les faits, le tribunal n'a fait qu'appliquer la loi (cf. article R413-15 du code de la route), modifiée par un décret du 3 janvier 2012 dont le dernier paragraphe est assez généraliste pour aller au delà des seuls avertisseurs de radars. Mais n’y a-t-il pas plus important ? Perdre son permis sans avoir commis la moindre infraction routière est-il acceptable ?

J’aimerais poser une simple question qui part du postulat établi par les gouvernements successifs. S’il on considère que les radars sont placés à des endroits accidentogènes comme cela devrait être le cas, n’est-ce pas une bonne chose que d’être prévenu de ces emplacements ? N’est-ce pas un moyen de rouler à vitesse modérée et, ainsi, limiter le risque d’accident ?

Je terminerai par une seconde question que j’aurais aimé que certaines personnes médiatisées posent avant moi : vaut-il mieux un conducteur en survitesse dans un lieu à radar (donc supposé dangereux) pour qu’un flash de radar soit déclenché ou bien qu’il soit prévenu du danger et roule à la bonne vitesse ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Youngtimers : entre collection et spéculation...

Depuis quelques années, le petit monde de la voiture de collection est bousculé par l'arrivée d'une nouvelle génération de voitures : les Youngtimers. Issues des années 80 et 90, ces "jeunes anciennes" littéralement, sont de plus en plus prisées des trentenaires et quadra qui ont tous de bonnes raisons de se passionner pour ces modèles encore considérés pour beaucoup comme de simples voitures d'occasion pas chères et non de véritables voitures de collection...

Mémoire du sport auto : WM (Welter-Meunier)

Parmi les nombreux constructeurs français qui ont existé, la grande majorité d'entre eux n'a pas dépassé la période de la seconde guerre mondiale. Mais dans la seconde moitié du 20ème siècle, de multiples initiatives ont également vu le jour, notamment durant la période des années 60 et 70 où le sport automobile était particulièrement en vogue. WM est l'un de ces constructeurs, né par la passion et la rencontre de deux hommes férus d'automobiles, Gérard Welter et Michel Meunier.

Leur première rencontre remonte à 1967, alors qu'ils travaillent tous les deux au centre d'études de Peugeot. Les deux hommes vouent une passion totale à la course automobile et notamment à l'une de ses épreuves phares, les 24 Heures du Mans. Ils regrettent bien entendu le manque d'engagement sportif de la marque, notamment face à Renault et Citroën qui sont déjà présents dans beaucoup de grandes compétitions. A force d'en discuter, les deux amis finissent par sauter le pas …

Les véhicules de plus de 10 ans ont désormais leur Cote Argus®

Depuis plus de 85 ans, la Cote Argus® constitue la valeur de référence des voitures d’occasion, utilisée par les particuliers comme par les professionnels comme une base de négociation indispensable dans un marché en constante évolution.
Une évolution qui se traduit par un fait constaté ces vingt-cinq dernières années : le vieillissement continu du parc automobile français. Alors que l'âge moyen des véhicules circulant sur les routes de France était de 5,8 ans en 1990, il est aujourd'hui de 8,5 ans, après avoir été établi à 7,3 ans en 2000. Ce phénomène s'explique par deux raisons principales : la qualité des véhicules, qui ne cesse de s'améliorer, augmente leur durée de vie ; la baisse du pouvoir d'achat des ménages français, qui ont au fil du temps ralenti le rythme de renouvellement de leur voiture.

Dès lors, les véhicules d'occasion de plus de 10 ans tendent désormais à représenter une part significative des échanges en seconde main, au point de constituer …