Accéder au contenu principal

BMW : L’ATTRACTION DE LA TRACTION

Bmw Série 2 Active Tourer
Quinze ans après Mercedes, c’est au tour de BMW de passer ses roues motrices à l'avant. La première BMW traction est la Série 2. La Série 2 ? La version coupé et cabriolet de la Série 1 ? Non, l’autre Série 2. L’Active Tourer. Le Scénic munichois, en clair. C’était bien la peine de différencier les séries 1 et 2, de passer la M3 en berline uniquement en sortant une M4 pour ce qui était la M3 originale, pour ensuite sortir une Série 2 en configuration monospace et non propulsée.




Disposant de déjà quatre SUVs - vous savez, ce terme premium pour parler des 4x4 urbains qui ne franchissent rien d'autres que les trottoirs - en attendant le X4, BMW continue sa fuite en avant, jusque sur ses roues motrices. Entre temps, il y eut aussi les Série 5 et 3 GT qui laissaient penser que le designer de SsangYong avait été recruté par le constructeur allemand. Même pas. Heureusement, la gamme sportive rattrape le coup, comme en attestent les X5M et X6M. Dans le même temps, le dernier Z4 jugé trop lourd – à raison, certes – n’a toujours pas eu droit au traitement Motorsport. Allez comprendre…

BMW est donc en pleine mutation. Le souhait de grossir et d’accentuer les profits se fait au détriment de l’histoire de la marque mais est, pour l’instant, un pari réussi. Le grand public n’étant pas sensible à ce genre de détail, pas plus que le directoire et la division marketing, la situation n'est pas prête de changer. On le voit chez la concurrence avec une AMG 4 cylindres et une Maserati Ghibli berline motorisée par un diesel. Pourtant, que n'avait-on pas entendu lorsque Jaguar avait sorti sa X-Type sur base de Ford Mondeo ? A croire que les anglais étaient trop en avance sur leur temps. Pour preuve, les projets affluent à Munich avec la prochaine Série 1 qui abandonnera la propulsion, avant une citadine et le roadster Z2, eux aussi sur base de Mini. Le changement, c’est maintenant, vous étiez prévenus…

Commentaires

  1. Si je peux avoir votre mail pour contact

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      vous pouvez nous contacter via le site :
      http://www.automobile-sportive.com/contact.php

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Youngtimers : entre collection et spéculation...

Depuis quelques années, le petit monde de la voiture de collection est bousculé par l'arrivée d'une nouvelle génération de voitures : les Youngtimers. Issues des années 80 et 90, ces "jeunes anciennes" littéralement, sont de plus en plus prisées des trentenaires et quadra qui ont tous de bonnes raisons de se passionner pour ces modèles encore considérés pour beaucoup comme de simples voitures d'occasion pas chères et non de véritables voitures de collection...

Mémoire du sport auto : WM (Welter-Meunier)

Parmi les nombreux constructeurs français qui ont existé, la grande majorité d'entre eux n'a pas dépassé la période de la seconde guerre mondiale. Mais dans la seconde moitié du 20ème siècle, de multiples initiatives ont également vu le jour, notamment durant la période des années 60 et 70 où le sport automobile était particulièrement en vogue. WM est l'un de ces constructeurs, né par la passion et la rencontre de deux hommes férus d'automobiles, Gérard Welter et Michel Meunier.

Leur première rencontre remonte à 1967, alors qu'ils travaillent tous les deux au centre d'études de Peugeot. Les deux hommes vouent une passion totale à la course automobile et notamment à l'une de ses épreuves phares, les 24 Heures du Mans. Ils regrettent bien entendu le manque d'engagement sportif de la marque, notamment face à Renault et Citroën qui sont déjà présents dans beaucoup de grandes compétitions. A force d'en discuter, les deux amis finissent par sauter le pas …

Les véhicules de plus de 10 ans ont désormais leur Cote Argus®

Depuis plus de 85 ans, la Cote Argus® constitue la valeur de référence des voitures d’occasion, utilisée par les particuliers comme par les professionnels comme une base de négociation indispensable dans un marché en constante évolution.
Une évolution qui se traduit par un fait constaté ces vingt-cinq dernières années : le vieillissement continu du parc automobile français. Alors que l'âge moyen des véhicules circulant sur les routes de France était de 5,8 ans en 1990, il est aujourd'hui de 8,5 ans, après avoir été établi à 7,3 ans en 2000. Ce phénomène s'explique par deux raisons principales : la qualité des véhicules, qui ne cesse de s'améliorer, augmente leur durée de vie ; la baisse du pouvoir d'achat des ménages français, qui ont au fil du temps ralenti le rythme de renouvellement de leur voiture.

Dès lors, les véhicules d'occasion de plus de 10 ans tendent désormais à représenter une part significative des échanges en seconde main, au point de constituer …