Accéder au contenu principal

30 ans de Seat Ibiza : ses designers en parlent



« Le processus a été long et complexe », se remémore Giorgetto Giugiaro, créateur en 1984 de la première SEAT Ibiza, une voiture qui deviendra le modèle le plus charismatique et le plus vendu de la marque. Croquis et rapporteur en main, le designer italien se rappelle ces années où son seul objectif était que la voiture devienne le leader du segment en créant « un produit différent, ne ressemblant à aucune des voitures de la marque ». Les raisons du succès ont été « les proportions de la voiture, la simplicité de son architecture et son look élégamment sportif », indique Giugiaro...

Pour le constructeur, la SEAT Ibiza a été la première étape vers la production de modèles en interne. C'est ainsi que les designers avaient pour mission de créer « une identité » qui était destinée à tous les futurs modèles, ajoute Giugiaro. La deuxième génération de l'Ibiza, qui porte l'empreinte du même designer, était équipée des dernières évolutions technologiques et présentait « des lignes plus rondes », tout en conservant ce qui avait fait la quintessence de la première génération.

La troisième génération de l'Ibiza est née en 2002, 18 ans après la première version, des mains de Walter de Silva, actuel directeur du bureau d'études de Volkswagen Group. De Silva, qui a créé un design plus attractif, caractérisé par son des lignes allégées, n'hésite pas à déclarer que l'Ibiza « fait battre le cœur de la marque ». Il estime que chacune des générations qui a suivi a été le fruit d'un « design en perpétuelle évolution » et que l'Ibiza répond « au désir de nombreux jeunes de disposer d'une voiture à la fois sportive et fonctionnelle ».

Luc Donckerwolke, qui a lancé la quatrième génération d'Ibiza en 2008, partage le même avis. L'ancien directeur du bureau d'études de SEAT estime que le succès de la voiture réside dans des valeurs « auxquelles tous les jeunes veulent s'identifier ». Le modèle offre « un juste équilibre » entre un design élégant et les valeurs « de contestation, d'innovation et de dynamisme », caractéristiques de la jeune génération, ajoute-t-il.

Le directeur actuel du bureau d'études de SEAT, Alejandro Mesonero-Romanos, a fait partie de ces jeunes qui, à l'âge de 18 ans, ont acheté leur première voiture : une SEAT Ibiza. « À l'époque, je commençais à étudier le design et, pour moi, l'Ibiza était synonyme de modernité. Une voiture conçue par Giugiaro, équipée d'un moteur Porsche et construite à Barcelone, ma ville préférée, une combinaison qui m'a tout de suite séduite », explique le designer.

Par un magnifique clin d'œil du destin, c'est à lui que la tâche a été confiée de concevoir l'édition spéciale du 30e anniversaire de l'Ibiza. Il a pour cela, choisi un modèle trois portes gris Balea, une teinte qu'il trouve « sophistiquée ». « Et pour renforcer le côté sport, nous l'avons associée à du noir pour les jantes, les surpiqûres et certains éléments de l'habitacle », explique-t-il. Mesonero-Romanos estime que le secret de la réussite de la voiture réside « dans son ADN, qui offre un juste niveau de sportivité, sans être agressif ». Une voiture qui sait se faire remarquer, qui a du caractère. Pour le designer, l'Ibiza est conçue pour les personnes qui « ne veulent pas sacrifier le côté fonctionnel, mais pour qui l'image et le design sont très importants ».

Les quatre designers de la SEAT Ibiza vont maintenant se retrouver pour célébrer le 30ème anniversaire de leur création. « Rares sont les voitures qui peuvent se prévaloir d'un tel parcours », note de Silva. « C'est un immense plaisir pour moi de voir que ce produit a toujours autant de succès après 30 ans », ajoute tendrement Giugiaro. Son bébé n'est plus une enfant !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Youngtimers : entre collection et spéculation...

Depuis quelques années, le petit monde de la voiture de collection est bousculé par l'arrivée d'une nouvelle génération de voitures : les Youngtimers. Issues des années 80 et 90, ces "jeunes anciennes" littéralement, sont de plus en plus prisées des trentenaires et quadra qui ont tous de bonnes raisons de se passionner pour ces modèles encore considérés pour beaucoup comme de simples voitures d'occasion pas chères et non de véritables voitures de collection...

Mémoire du sport auto : WM (Welter-Meunier)

Parmi les nombreux constructeurs français qui ont existé, la grande majorité d'entre eux n'a pas dépassé la période de la seconde guerre mondiale. Mais dans la seconde moitié du 20ème siècle, de multiples initiatives ont également vu le jour, notamment durant la période des années 60 et 70 où le sport automobile était particulièrement en vogue. WM est l'un de ces constructeurs, né par la passion et la rencontre de deux hommes férus d'automobiles, Gérard Welter et Michel Meunier.

Leur première rencontre remonte à 1967, alors qu'ils travaillent tous les deux au centre d'études de Peugeot. Les deux hommes vouent une passion totale à la course automobile et notamment à l'une de ses épreuves phares, les 24 Heures du Mans. Ils regrettent bien entendu le manque d'engagement sportif de la marque, notamment face à Renault et Citroën qui sont déjà présents dans beaucoup de grandes compétitions. A force d'en discuter, les deux amis finissent par sauter le pas …

Les véhicules de plus de 10 ans ont désormais leur Cote Argus®

Depuis plus de 85 ans, la Cote Argus® constitue la valeur de référence des voitures d’occasion, utilisée par les particuliers comme par les professionnels comme une base de négociation indispensable dans un marché en constante évolution.
Une évolution qui se traduit par un fait constaté ces vingt-cinq dernières années : le vieillissement continu du parc automobile français. Alors que l'âge moyen des véhicules circulant sur les routes de France était de 5,8 ans en 1990, il est aujourd'hui de 8,5 ans, après avoir été établi à 7,3 ans en 2000. Ce phénomène s'explique par deux raisons principales : la qualité des véhicules, qui ne cesse de s'améliorer, augmente leur durée de vie ; la baisse du pouvoir d'achat des ménages français, qui ont au fil du temps ralenti le rythme de renouvellement de leur voiture.

Dès lors, les véhicules d'occasion de plus de 10 ans tendent désormais à représenter une part significative des échanges en seconde main, au point de constituer …