Accéder au contenu principal

Les salons automobiles, toujours les mêmes ?

En tant que passionné automobile, je ne manque pas l’occasion de visiter mon salon automobile local. Dans le temps, je fréquentais le plus grand salon du monde, le salon de Paris. Visiteur régulier à partir de 1996, j’ai quelque peu perdu mon intérêt vers 2004, quand le salon est devenu plus un lieu pour parler Co2 et mazout que rapport poids/puissance et plaisir de conduite. De plus, avec la foule présente, il devenait presque plus agréable de sortir du Stade de France après un France-Angleterre.




Récemment muté à Montréal, j’ai décidé de découvrir le Salon de l’Automobile de Montréal. Niveau taille ce n’est pas comparable, par contre, on y ressent plus de passion. Oui, les prototypes hybrides et électriques pullulent chaque année, mais on aime toujours parler essence et puissance. Lors d’une visite au stand Audi, par exemple, une fan de la marque n’a même pas hésité une seconde d’enlever le cache-moteur plastique d’une S8, pour contempler de manière naturel le V8 qui se cachait des regards. De plus étant en Amérique du Nord, le « bolidage » ou « tuning » est chose commune. Cette année, Volkswagen présentait un hall entier dédié aux voitures « tunées », et ce hall avait presque plus de popularité que le hall Ferrari/Maserati ! Il n’y a pas besoin d’être accro à la culture automobile pour se rendre compte que les américains ont des goûts différents des notres. Alors que le pilote européen voudrait garder sa Clio RS entièrement d’origine, le pilote américain, lui, va choisir sa Mustang ou Camaro en fonction du nombre d’améliorations qu’il pourra faire à son auto. Ceci explique en partie pourquoi le pont arrière rigide était toujours d’actualité sur les Mustang.

Ainsi, à Montréal, les constructeurs accordaient vraiment de l’importance aux modifications. Entre Dodge qui présentait une version « Scat Pack » de sa Dart (comprenez, des autocollants, nouvelles suspensions et roues, et des améliorations moteurs), Scion qui facilitait les compétitions automobiles amateurs dans le pays, voir même Hyundai, avec la Genesis de Rhys Millen, on comprenait bien l’intérêt des américains pour l’automobile « personnalisée ». Certes, ce n’est pas toujours de bon gout (cherchez sur internet la Lexus IS350F de DeviantArt pour comprendre), mais une chose est claire : La passion automobile est toujours présente.
Et c’est pour cela au final, que, d’un point de vue très personnel, je trouve que malgré le manque de vraie nouveautés et exclusivités au salon de Montréal, il est plus intéressant que les gros salons, tel que Paris.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Youngtimers : entre collection et spéculation...

Depuis quelques années, le petit monde de la voiture de collection est bousculé par l'arrivée d'une nouvelle génération de voitures : les Youngtimers . Issues des années 80 et 90, ces "jeunes anciennes" littéralement, sont de plus en plus prisées des trentenaires et quadra qui ont tous de bonnes raisons de se passionner pour ces modèles encore considérés pour beaucoup comme de simples voitures d'occasion pas chères  et non de véritables voitures de collection...

1975-2015 : 40 ans de BMW Série 3

Initiatrice du segment des berlines de sport modernes, la BMW Série 3 est depuis 40 ans l’icône de cette catégorie automobile. Son dynamisme sportif a fait de la BMW Série 3 la référence en termes de plaisir de conduire. Les qualités de cette BMW de milieu de gamme se reflètent aussi dans sa réussite commerciale : depuis ses débuts en 1975, plus de 14 millions de BMW Série 3 ont été livrées à l’échelle mondiale, la berline et le Touring représentant aujourd’hui environ 25 pour cent des ventes automobiles totales réalisées par BMW. Plus que tout autre modèle, la BMW Série 3 constitue donc le coeur de la marque.

Bluesummer, la Mehari de Bolloré

Après l'Autolib, un nouveau modèle de voiture électrique estampillée Bolloré roulera bientôt sur les routes françaises. Le groupe dirigé par Vincent Bolloré a en effet annoncé mercredi un partenariat avec PSA pour produire et commercialiser un cabriolet électrique, la "Bluesummer". Parce que le groupe Bolloré ne dispose pas des infrastructures nécessaires à une production à grande échelle, il s’est donc associé au groupe PSA pour un "partenariat stratégique". Cet accord prévoit le montage de la Bluesummer "sur le site PSA Peugeot Citroën de Rennes à partir de septembre 2015, avec une capacité installée de 15 véhicules par jour, soit un maximum de 3.500 véhicules par an". Ce n’est pas la première fois que le groupe Bolloré s’appuie sur un constructeur automobile : c’était déjà le cas pour la Bluecar, une quatre places destinée en priorité à l'autopartage et assemblée depuis début juin dans l’usine Renault de Dieppe, en